SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2017-2018 Zitting 2017-2018
________________
22 décembre 2017 22 december 2017
________________
Question écrite n° 6-1730 Schriftelijke vraag nr. 6-1730

de Martine Taelman (Open Vld)

van Martine Taelman (Open Vld)

à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

aan de minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid
________________
Drogues - 4-fluoroamphétamine (4-FA) - Étude de l'institut Trimbos - Campagne de prévention et mise en garde - Contrôle Drugs - 4-fluoramfetamine (4-FA) - Onderzoek Trimbos-instituut - Preventiecampagne en waarschuwing - Handhaving 
________________
________ ________
22/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 25/1/2018 )
22/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 25/1/2018 )
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1728
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1729
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1728
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1729
________ ________
Question n° 6-1730 du 22 décembre 2017 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 6-1730 d.d. 22 december 2017 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Je me réfère aux questions écrites nos 6-1357 et 6-1358 que j'ai posées concernant la drogue 4-fluoroamphétamine (4-FA). Cette drogue figurait sur la liste des médicaments mais elle a été supprimée et depuis le mois de mai de cette année, elle a été interdite aux Pays-Bas. Le centre d'information sur les drogues Jellinek a annoncé précédemment que l'utilisation de 4-FA avait coûté la vie d'au moins deux personnes l'année dernière aux Pays-Bas.

Une étude récente réalisée par l'institut Trimbos montre que la campagne de prévention qui a été mise sur pied par le gouvernement néerlandais, et l'interdiction de la drogue festive 4-fluoroamphétamine (4-FA), aussi appelée 4-FMP et XCT-light, ont porté leurs fruits.

Je cite (traduction) : « Pour la majorité des utilisateurs de la drogue festive 4-fluoroamphétamine (4-FA), tant la perception du risque que l'utilisation de cette substance se sont modifiées après les mises en garde, les informations négatives et l'interdiction décrétée le 25 mai 2017 ».

Les drogues sont une matière transversale communautaires. Les Communautés sont compétentes pour la prévention en matière de santé publique. La lutte contre le trafic des produits illégaux est plutôt une matière fédérale.

Dans ce cadre, je souhaite vous poser les questions suivantes :

1) Est-il également question, dans notre pays, d'une augmentation de la consommation de la drogue 4-fluoroamphétamine (4-FA) ? Quelles quantités ont-elles été saisies ? Combien y a-t-il eu de signalements de la part de centres de prévention de la toxicomanie et/ou de centres de soins ? Pouvez-vous préciser votre réponse ?

2) Que pensez-vous des résultats clairs obtenus en matière de 4-FA par le gouvernement néerlandais qui a, d'une part, instauré une interdiction de commerce et, d'autre part, lancé une campagne de prévention claire, avec des mises en garde spécifiques ? Envisagez-vous une approche similaire et pouvez-vous préciser votre réponse ?

3) Le centre d'information sur les drogues Jellinek a annoncé que deux personnes avaient succombé aux Pays-Bas après avoir consommé la drogue 4-FA. Disposez-vous de chiffres annuels concernant des décès causés par la drogue 4-FA et/ou des hospitalisations, et ce pour les deux dernières années ?

4) La drogue en question a-t-elle également été interdite dans notre pays ? Dans l'affirmative, depuis quand, et cette interdiction a-t-elle eu une incidence sur le commerce ? Dans la négative, pourquoi ?

 

Ik verwijs naar mijn schriftelijke vragen nrs. 6-1357 en 6-1358 betreffende de drug 4-fluoramfetamine (4-FA). 4-Fluoramfetamine stond op de geneesmiddelenlijst, maar is daar inmiddels van verwijderd en is sinds mei van dit jaar verboden in Nederland. Drugsinformatiecentrum Jellinek meldde eerder dat het gebruik van 4-FA vorig jaar in Nederland minstens twee mensen fataal is geworden.

Recent onderzoek van het Trimbos-instituut toont aan dat de waarschuwingscampagne die werd opgezet door de Nederlandse regering en het verbod op de partydrug 4-fluoramfetamine (4-FA), ook wel bekend als 4-FMP en XTC-light, hun vruchten hebben afgeworpen.

Ik citeer : « Voor de meerderheid van de gebruikers van de partydrug 4-fluoramfetamine (4-FA) is zowel de risicoperceptie als het gebruik van dit middel veranderd na de waarschuwingen, negatieve berichtgevingen en het verbod per 25 mei 2017. »

Drugs zijn een transversale gemeenschapsaangelegenheid. Wat betreft Volksgezondheid zijn de gemeenschappen bevoegd inzake preventie. Het tegengaan van de handel in illegale producten is dan weer veeleer een federale aangelegenheid.

In dit kader had ik u graag volgende vragen voorgelegd :

1) Is er ook in ons land sprake van een toename van het gebruik van de drug 4-fluoramfetamine (4-FA) ? Hoeveel bedraagt het aantal in beslag genomen drugs? Hoeveel meldingen waren er vanwege drugspreventiecentra en / of verzorgingscentra ? Kunt u dit toelichten ?

2) Hoe reageert u op de duidelijke resultaten van de aanpak van de Nederlandse regering inzake 4-FA, waarbij enerzijds een verbod tot handel werd ingevoerd en anderzijds een duidelijke preventiecampagne werd opgezet met specifieke waarschuwingen ? Overweegt u een gelijkaardige benadering en kunt u dit uitvoerig toelichten ?

3) Het drugsinformatiecentrum Jellinek meldde dat er in 2016 in Nederland alvast twee doden vielen ten gevolge van het gebruik van de drug 4-FA. Beschikt u over cijfers betreffende overlijdens door 4-FA en / of opnames in de ziekenhuizen en dit voor wat betreft de laatste twee jaar op jaarbasis ?

4) Is de desbetreffende drug ook in ons land verboden ? Zo ja, sinds wanneer en heeft dit een impact gehad op de handel ? Zo neen, waarom niet ?