SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2017-2018 Zitting 2017-2018
________________
13 décembre 2017 13 december 2017
________________
Question écrite n° 6-1703 Schriftelijke vraag nr. 6-1703

de Martine Taelman (Open Vld)

van Martine Taelman (Open Vld)

à la ministre de l'Energie, de l'Environnement et du Développement durable

aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling
________________
Abattage illégal d'arbres - Rapport « Blood-stained timber » (« Du bois taché de sang ») - Importation de bois illégal - Contrôle Illegale houtkap - Rapport « Blood-stained timber » - Import illegaal hout - Handhaving 
________________
déboisement
trafic illicite
mouvement écologiste
bois tropical
industrie du bois
Brésil
population autochtone
certification forestière
ontbossing
zwarte handel
ecologische beweging
tropisch hout
houtindustrie
Brazilië
autochtone bevolking
certificatie voor de bosbouw
________ ________
13/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/1/2018 )
11/1/2018 Antwoord
13/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/1/2018 )
11/1/2018 Antwoord
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1702 Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1702
________ ________
Question n° 6-1703 du 13 décembre 2017 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 6-1703 d.d. 13 december 2017 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Le récent rapport de Greenpeace « Blood-stained timber » donne un compte rendu horrible de la manière dont, au Brésil, des entreprises forestières illégales organisent des rafles contre la population locale, utilisant au maximum la terreur pour faire fuir les habitants et pouvoir ainsi abattre les forêts dont ils tirent leur subsistance. Ce rapport évoque une entreprise forestière brésilienne, située dans l'État amazonien du Mato Grosso. Son propriétaire est accusé de neuf homicides, mais il peut néanmoins exporter du bois, sans être inquiété, dans des pays comme les États-Unis, le Japon ainsi que la Belgique. Cette entreprise a exporté au moins deux chargements de bois dans notre pays, bien que son dirigeant ait été inculpé de meurtre.

Selon le ministère public, ces meurtres étaient motivés par l’appât du gain de compagnies forestières de la région, qui recherchent principalement des espèces d’arbres précieux comme l’ipê, le jatobá, le cumaru, et le massaranduba, largement utilisés dans la manufacture de meubles et de terrasses.

L’exportateur incriminé, Valdelir João de Souza, possède deux compagnies - Madeireira Cedroarana (dans l’État de Rondônia) et G.A. Madeiras (dans celui du Mato Grosso). Cette dernière est installée à Colniza et est responsable du plan de gestion de la forêt située juste à côté du lieu du massacre.

Entre le 15 mai et fin septembre 2017, donc, après le massacre, au moins 11 cargaisons de bois de l’entreprise Cedroarana sont arrivées aux États-Unis et deux en Europe (en Belgique et en France).

L'exploitant forestier, recherché par la police, est actuellement en fuite, mais la Cedroarana continue à fournir du bois aux marchés brésilien et internationaux. Les importateurs avaient pourtant déjà reçu des signes clairs du caractère illégal du bois de la Cedroarana. Depuis 2007, la société a accumulé l’équivalent de 150 000 euros d’amendes fédérales non payées pour stockage et vente de bois illégal.

Cette question porte sur une matière régionale transversale : la protection de l'environnement est une compétence régionale. Les mesures coercitives relatives aux importations de bois abattu illégalement est essentiellement une compétence douanière qui relève, en outre, de la compétence du ministre fédéral de l'Environnement.

Je souhaiterais dès lors vous poser les questions suivantes :

1) Que pensez-vous du rapport de Greenpeace et des mécanismes de fraude qui y sont décrits, utilisés pour exporter illégalement dans notre pays du bois 'taché de sang', avec des documents manifestement faux ? Que comptez-vous y faire ?

2) Quelles démarches avez-vous déjà entreprises et entreprendrez-vous pour mettre réellement fin à ces importations illégales de bois 'taché de sang' ?

3) Pensez-vous également que le bois provenant du Brésil, et en particulier des États du Para, du Mato Grosso et de Rondônia, doit être considéré comme présentant un risque élevé ? Dans la négative, pourquoi ? Dans l'affirmative, pouvez-vous expliquer en quoi consisteront votre politique et les mesures coercitives ?

4) Comment pensez-vous pouvoir mettre fin à l'importation de bois illégal du Brésil ?

5) Êtes-vous disposé à élaborer, avec le secteur, une approche cohérente pour aller plus loin dans la lutte contre l'achat de bois 'taché de sang', dans notre pays mais également au niveau de l'Union européenne, et à coopérer avec des personnes titulaires de certificats reconnus délivrés après des vérifications sur place ? Dans la négative, pourquoi ? Dans l'affirmative, pouvez-vous développer votre réponse ?

6) Êtes-vous disposé à inscrire à l'ordre du jour des travaux de l'Union européenne la question de l'abattage illégal d'arbres et des opérations terroristes contre la population locale qui y sont liées ? Dans l'affirmative, pouvez-vous fournir des précisions sur le calendrier et le contenu ? Dans la négative, pourquoi et pouvez-vous expliquer ?

7) Pouvez-vous m'indiquer concrètement combien de cargaisons de bois sont bloquées chaque année dans nos ports (éventuellement par espèce et en fonction de leur valeur), parce qu'elles sont issues de l'abattage illégal d'arbres ? Pouvez-vous détailler votre réponse et commenter ces chiffres ?

 

Het recente rapport van Greenpeace « Blood-stained timber » vormt een akelig relaas over de wijze waarop illegale houtkapbedrijven in Brazilië razzia's organiseren tegen de lokale bevolking. Daarbij wordt zoveel mogelijk terreur gebruikt om hen weg te jagen en zo de wouden waarvan zij leven, te kunnen kappen. In dit rapport wordt ingegaan op een Braziliaans houtkapbedrijf in de Amazonestaat Mato Grosso. De eigenaar ervan wordt beschuldigd van negenvoudige moord, maar kan desondanks ongestoord hout uitvoeren naar landen als de Verenigde Staten, Japan en ook België. Minstens twee ladingen hout werden vanuit dit bedrijf naar ons land geëxporteerd, ondanks de inbeschuldigingstelling van de bedrijfsleider voor deze moorden.

Volgens de openbare aanklager zijn de moorden ingegeven door de hebzucht van de lokale houtkappers, die het vooral gemunt hebben op waardevolle soorten zoals ipê, jatobá, cumaru, en massaranduba, houtsoorten die gebruikt worden voor de productie van meubels en terrasplanken.

De beschuldigde houtexporteur, Valdelir João de Souza, bezit twee bedrijven - Madeireira Cedroarana (Rondônia) en G.A. Madeiras (Mato Grosso). G.A. Madeiras ligt in de gemeente Colniza, en staat in voor het bosbeheerplan naast de site waar de slachtpartij plaatsvond.

Tussen 15 mei en eind september 2017, dus na de moorden, zijn er minstens 11 ladingen met hout afkomstig van Cedroarana toegekomen in de Verenigde Staten en twee in Europa (in België en Frankrijk).

De bedrijfsleider is momenteel op de vlucht voor de politie. Intussen blijft Cedroarana hout leveren aan de Braziliaanse en internationale markt. Voor de importeurs waren er nochtans duidelijke signalen dat het hout van Cedroarana illegaal is. Zo heeft deze zagerij sinds 2007 voor circa 150 000 euro aan onbetaalde boetes opgestapeld, voor het stockeren en verhandelen van illegaal hout.

Het betreft een transversale aangelegenheid met de gewesten : de bescherming van het leefmilieu is een gewestbevoegdheid. De handhaving betreffende de import van hout dat voortvloeit uit de illegale houtkap is hoofdzakelijk een douanebevoegdheid die daarnaast ook onder de bevoegdheid van de federale minister van Leefmilieu valt.

Graag had ik u dan ook volgende vragen voorgelegd :

1) Hoe reageert u op het rapport van Greenpeace en de daarin omschreven fraudemechanismen om met manifest valse documenten illegaal bloedhout naar ons land te exporteren ? Hoe gaat u hiermee om ?

2) Welke stappen hebt u reeds ondernomen en welke stappen gaat u nog ondernemen om deze illegale import van bloedhout daadwerkelijk te stoppen ?

3) Bent u het ermee eens dat hout uit Brazilië en dan in het bijzonder uit de staten Para, Mato Grosso en Rondonia als een hoog risico moet worden beschouwd ? Zo neen, waarom niet ? Zo ja, waarin zullen uw beleid en de handhaving bestaan ?

4) Welke mogelijkheden ziet u om de invoer van illegaal hout uit Brazilië stop te zetten ?

5) Bent u bereid om samen met de sector een sluitende aanpak uit te werken om de aankoop van bloedhout binnen ons land, maar ook op het niveau van de Europese Unie verder aan te pakken en samen te werken met erkende certificaathouders waarbij field audits worden gehouden ? Zo neen, waarom niet ? Zo ja, kunt u dit uitgebreid toelichten ?

6) Bent u bereid het thema van de illegale houtkap en de daaraan verbonden terreuroperaties tegen de lokale bevolking te agenderen binnen de Europese Unie ? Zo ja, kunt u de timing en de inhoud toelichten ? Zo neen, waarom niet en kunt u dit toelichten ?

7) Kunt u zeer concreet meedelen hoeveel ladingen hout op jaarbasis (al dan niet per soort en waarde) in onze havens worden tegengehouden omdat ze afkomstig zijn van illegale houtkap ? Kunt u dit uitvoerig toelichten en deze cijfers duiden ?

 
Réponse reçue le 11 janvier 2018 : Antwoord ontvangen op 11 januari 2018 :

1) Comme je l'ai dit déjà dans les réponses à des questions antérieures relatives au récent rapport « Blood-stained timber » de Greenpeace, dans le cadre du contrôle du règlement européen sur le bois 995/2010 (EUTR), les plaintes ou les informations utiles émanant de tiers sont toujours prises au sérieux et traitées en priorité. L'ordre de nos contrôles EUTR, qui s'effectuent selon un plan d'inspection périodiquement actualisé, est interrompu afin d'examiner de telles plaintes. Mes services ont presque sur-le-champ ouvert une enquête sur les accusations du rapport de Greenpeace. Ce rapport relie le propriétaire d'une scierie dans la zone amazonienne du Brésil à un commerce illégal de bois, aggravé par le meurtre de neuf personnes qui y serait lié. Aux termes de l'EUTR, les importateurs qui mettent sur le marché européen du bois et des produits dérivés doivent faire en sorte que le risque de bois récolté illégalement soit négligeable. Le rapport de Greenpeace sous-entend que des entreprises européennes qui importent du bois de la scierie en question n'opèrent pas conformément au règlement EUTR. Quant à savoir si c'est le cas et quelle est l'implication de deux importateurs belges cités dans le rapport, c'est ce que l'enquête doit démontrer.

2) Dans ce contexte, une première visite d'inspection a déjà eu lieu en décembre 2017, une deuxième est prévue en janvier 2018.

3) Diverses organisations internationales, de même que le poste diplomatique belge au Brésil, affirment que la législation relative à l'exportation de bois au Brésil est insuffisamment respectée et que le secteur est fortement corrompu. Un rapport de Greenpeace de 2013 a révélé que dans les États de Para et du Mato Grosso principalement, l'abattage illégal de bois pose un gros problème. Pendant la période 2007-2012, de 54 % à 78 % du bois étaient d'origine illégale. Le bois issu de ces États amazoniens, et par extension aussi de l'État voisin Rondônia, peut donc être considéré comme du bois à risque.

4) Comme évoqué ci-dessus, les importateurs doivent faire en sorte que le risque de bois récolté illégalement soit négligeable par l'application d'un système d'exigences de précaution, appelé « régime de diligence raisonnée » (« due diligence »). Concrètement, ceci implique l'obligation 1) de récolter des informations sur le bois importé ; 2) de réaliser une analyse du risque ; et 3) de prendre si nécessaire des mesures d'atténuation du risque par l'obtention de preuves complémentaires, notamment par le biais d'accords de vérification par des tiers, d'audits indépendants ou réalisés par eux, de technologies (scientifiques) permettant le traçage du bois. Tel est par conséquent le cas pour le bois en provenance de ces États à risque. Si les importateurs ne le font pas, mes services compétents peuvent leur infliger des sanctions et, si nécessaire, saisir le bois provenant de certaines sources.

5) Parce que je suis convaincue qu'une concertation structurelle (organisations non gouvernementales 'ONG), importateurs, etc.) peut faciliter l'application des principes de « diligence raisonnée », je souhaite relancer en 2018 mes initiatives de table ronde et de charte. L'intention est de favoriser l'échange d'informations pertinentes au sujet de l'abattage illégal de bois, notamment d'assister les importateurs dans l'évaluation du risque et de leur suggérer de bonnes pratiques, comme prévu à l'article 13 du règlement EUTR. En outre, je ne manquerai pas d'inscrire ce genre d'initiatives à l'agenda européen.

6) Le règlement EUTR interdit l'importation dans l'Union européenne (UE) de bois récolté illégalement. La violation des droits de la population autochtone, telle qu'évoquée dans le rapport de Greenpeace, peut constituer un motif d'illégalité et, sur cette base, le bois peut être écarté du marché. Ceci s'examine au cas par cas.

L'EUTR n'est pas la seule mesure que l'Union européenne a prise pour endiguer l'abattage illégal de bois. L'EUTR s'inscrit dans le cadre du plan d'action FLEGT, par lequel l'Union européenne depuis 2003 s'efforce de lutter contre l'abattage illégal de bois et, à plus long terme, entend promouvoir une gestion durable des forêts. Une autre mesure importante du plan d'action FLEGT est le règlement FLEGT (2173/2005). Ce règlement vise, par la conclusion d'accords de partenariat volontaires (APV) avec des pays partenaires, à faire en sorte que seul du bois légal arrive dans l'UE en provenance de ces pays (entre autres par la mise en place d'un régime d'autorisations). Les pays partenaires reçoivent à cet effet une aide au développement de politiques et à la mise en forme de leur approche, en accordant en outre une attention aux droits de la population locale. Le plan d'action FLEGT est actuellement en révision et dans ce cadre, on songe notamment à des formes complémentaires de coopération (en plus des APV) avec d'importants pays producteurs de bois comme le Brésil.

L'abattage illégal de bois figure donc depuis longtemps à l'agenda européen et la problématique est approchée de façon aussi intégrale que possible sous divers angles. Je soutiendrai au maximum les initiatives européennes et veillerai à ce que la Belgique assume ses responsabilités. Je souhaite en outre aller un pas plus loin. Depuis 2011, l'utilisation de bois certifié d'origine durable est encouragée par le biais d'un accord sectoriel. En 2018, l'accord sectoriel actuel sera revu et élargi. Dans ce contexte, une étude est actuellement en cours pour dresser une carte de la situation du marché en Belgique.

7) Le nombre d'envois de bois arrêtés dans nos ports parce qu'issus d'un abattage illégal est très faible. Cela est dû au fait que le contrôle de la légalité du bois et des produits dérivés est une matière complexe qui ne peut faire l'objet d'un examen systématique à l'arrivée au port. De plus, cette matière n'est pas une compétence de l'administration générale des Douanes et Accises (AGDA), mais du service public fédéral (SPF) Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement (SPF SPSCAE). L'AGDA contrôle l'importation de bois de la même manière que les autres biens mis en circulation dans le circuit de libre échange et ne contacte qu'exceptionnellement le SPF SPSCAE parce que du bois d'origine illégale a été découvert (un envoi de bois Afrormosia en 2017 pour cause de contournement de la législation CITES). Les contrôles de légalité proprement dits sont généralement effectués a posteriori par le SPF SPSCAE auprès des importateurs de bois eux-mêmes, qui doivent conserver les informations relatives à leur « diligence raisonnée » pendant au moins cinq ans. Le SPF SPSCAE et l'AGDA travaillent toutefois en étroite collaboration. Ainsi, des données douanières sont échangées et l'AGDA peut, sur demande, bloquer certains envois dans le port. Cette collaboration sera encore renforcée à l'avenir et peaufinée.

1) Zoals ik reeds antwoordde op eerdere vragen over het recente rapport « Blood-stained timber » van Greenpeace worden bij de handhaving van de Europese houtverordening 995/2010 (EUTR) klachten of nuttige informatie van derde partijen altijd ernstig genomen en prioritair behandeld. De volgorde van onze EUTR-controles, die gebeuren volgens een periodiek bijgewerkt inspectieplan, wordt onderbroken om zulke klachten te onderzoeken. Mijn diensten zijn vrijwel meteen een onderzoek gestart naar de aantijgingen in het Greenpeace-rapport. Dat rapport linkt een eigenaar van een zagerij in de Braziliaanse Amazone aan illegale houthandel, met als exponent een negen-voudige moord die daarmee verband houdt. Volgens EUTR moeten invoerders die houtproducten op de Europese markt brengen ervoor zorgen dat het risico op illegaal gekapt hout verwaarloosbaar is. Het Greenpeace-rapport impliceert dat Europese bedrijven die hout van de betreffende zagerij invoeren niet opereren conform de EUTR. Of dat het geval is en wat de betrokkenheid is van twee vernoemde Belgische invoerders moet het onderzoek uitwijzen.

2) In deze context is reeds een eerste inspectiebezoek uitgevoerd in december 2017, een tweede is gepland in januari 2018.

3) Verschillende internationale organisaties alsook de Belgische diplomatieke post in Brazilië stellen dat de wetgeving rond houtexport in Brazilië onvoldoende wordt nageleefd en dat er veel corruptie is in de sector. Een rapport van Greenpeace uit 2013 onthulde dat er vooral in de Staten Para en Mato Grosso een groot probleem is van illegale houtkap. Tijdens de periode 2007-2012 was 54 % à 78 % van het hout van illegale oorsprong. Hout uit deze Amazone-Staten, en bij uitbreiding ook uit het aangrenzende Rondonia, kan dus beschouw worden als risicovol.

4) Zoals hierboven aangehaald moeten invoerders ervoor zorgen dat het risico op illegaal gekapt hout verwaarloosbaar is door een stelsel van zorgvuldigheidseisen, de zogenaamde « due diligence », toe te passen. Concreet houdt dat in dat ze 1) informatie moeten verzamelen over het ingevoerde hout ; 2) een risicoanalyse uitvoeren ; en 3) zo nodig risicobeperkende maatregelen treffen door aanvullend bewijs te verkrijgen zoals door derden gecontroleerde regelingen, onafhankelijke of zelfuitgevoerde audits en (forensische) technologieën voor het volgen van hout. Dat laatste is bijgevolg het geval voor hout uit de hogervermelde risicovolle staten. Doen invoerders dat niet, dan kunnen mijn bevoegde diensten hen sancties opleggen en desnoods hout van bepaalde bronnen in beslag nemen.

5) Omdat ik ervan overtuigd ben dat structureel overleg tussen de verschillende actoren (niet gouvernementele organisaties (NGO), invoerders, enz.) de toepassing van de principes van due diligence kan faciliteren, wil ik in 2018 mijn initiatieven van een ronde tafel en een charter opnieuw lanceren. De bedoeling is om de uitwisseling van relevante informatie over de illegale houtkap te bevorderen, met name om de invoerders bij te staan bij de risicobeoordeling en beste praktijken aan te reiken, zoals voorzien in artikel 13 van de EUTR-verordening. Ik zal bovendien niet nalaten om dergelijke initiatieven ook op Europees niveau te agenderen.

6) EUTR verbiedt de invoer van illegaal gekapt hout in de Europese Unie (EU). Het schenden van de rechten van de inheemse bevolking, zoals aangekaart in het Greenpeace-rapport, kan een reden zijn van illegaliteit en hout kan op die basis van de markt worden geweerd. Dat wordt geval per geval bekeken.

EUTR is niet de enige maatregel die de Europese Unie heeft genomen om de illegale houtkap in te dijken. EUTR kadert binnen een specifiek actieplan FLEGT, waarmee de Europese Unie sinds 2003 de strijd met de illegale houtkap wil aangaan en op langere termijn duurzaam bosbeheer wil promoten. Een andere belangrijke maatregel uit het FLEGT-actieplan is de FLEGT-verordening (verordening 2173/2005). Deze verordening wil door het afsluiten van vrijwillige samenwerkingsakkoorden (VPA’s) met partnerlanden ervoor zorgen dat er enkel legaal hout uit deze partnerlanden de EU-binnenkomt (onder andere door een vergunningensysteem in te voeren). De partnerlanden krijgen daarbij hulp bij het ontwikkelen van beleid en bij het vormgeven van hun aanpak, met onder meer ook aandacht voor de rechten van de lokale bevolking. Het FLEGT-actieplan wordt momenteel herzien en daarbij wordt onder andere gedacht aan aanvullende samenwerkingsvormen (naast de VPA’s) met belangrijke houtproducerende landen zoals Brazilië.

De illegale houtkap staat dus al geruime tijd op de Europese agenda en vanuit diverse invalshoeken wordt de problematiek zo integraal mogelijk benadert. Ik zal de EU-initiatieven zoveel mogelijk ondersteunen en zorgen dat België haar verantwoordelijkheid opneemt. Daarnaast wil ik nog een stap verdergaan. Sinds 2011 wordt het gebruik van gecertificeerd hout van duurzame oorsprong gepromoot via een sectoraal akkoord. In 2018 zal het huidige sectoraal akkoord worden hernieuwd en uitgebreid. Momenteel is in deze context een studie lopende om de Belgische marktsituatie in kaart te brengen.

7) Het aantal zendingen dat in onze havens wordt tegengehouden omdat ze afkomstig zijn van illegale houtkap is zeer gering. Dat komt omdat controle van de legaliteit van houtproducten een complexe aangelegenheid is die niet systematisch kan onderzocht worden bij aankomst in de haven. Deze materie is ook geen bevoegdheid van de algemene administratie Douane en Accijnzen (AADA), maar van de federale overheidsdienst (FOD) Volksgezondheid, Veiligheid van de voedselketen en Leefmilieu (FOD VVVL). De AADA controleert de invoer van hout op dezelfde wijze als andere goederen die in het vrije verkeer worden gebracht en contacteert slechts uitzonderlijk de FOD VVVL omdat er houtproducten van illegale oorsprong zijn aangetroffen (één zending Afrormosiahout in 2017 omwille van omzeiling van de CITES-wetgeving). De eigenlijke legaliteitscontroles voert de FOD VVVL doorgaans achteraf uit bij de houtinvoerders zelf, die de informatie omtrent hun due diligence minstens vijf jaar moeten bewaren. De FOD VVVL en de AADA werken wel nauw samen. Zo worden er douanegegevens uitgewisseld en kan de AADA op verzoek bepaalde zendingen in de haven blokkeren. Deze samenwerking zal in de toekomst nog verder worden verstrekt en op punt worden gesteld.