SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2017-2018 Zitting 2017-2018
________________
13 décembre 2017 13 december 2017
________________
Question écrite n° 6-1702 Schriftelijke vraag nr. 6-1702

de Martine Taelman (Open Vld)

van Martine Taelman (Open Vld)

au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale

aan de minister van Financiën, belast met de Bestrijding van de fiscale fraude
________________
Abattage illégal d'arbres - Rapport « Blood-stained timber » (« Du bois taché de sang ») - Importation de bois illégal - Contrôle Illegale houtkap - Rapport « Blood-stained timber » - Import illegaal hout - Handhaving 
________________
________ ________
13/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/1/2018 )
13/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/1/2018 )
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1703 Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1703
________ ________
Question n° 6-1702 du 13 décembre 2017 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 6-1702 d.d. 13 december 2017 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Le récent rapport de Greenpeace « Blood-stained timber » donne un compte rendu horrible de la manière dont, au Brésil, des entreprises forestières illégales organisent des rafles contre la population locale, utilisant au maximum la terreur pour faire fuir les habitants et pouvoir ainsi abattre les forêts dont ils tirent leur subsistance. Ce rapport évoque une entreprise forestière brésilienne, située dans l'État amazonien du Mato Grosso. Son propriétaire est accusé de neuf homicides, mais il peut néanmoins exporter du bois, sans être inquiété, dans des pays comme les États-Unis, le Japon ainsi que la Belgique. Cette entreprise a exporté au moins deux chargements de bois dans notre pays, bien que son dirigeant ait été inculpé de meurtre.

Selon le ministère public, ces meurtres étaient motivés par l’appât du gain de compagnies forestières de la région, qui recherchent principalement des espèces d’arbres précieux comme l’ipê, le jatobá, le cumaru, et le massaranduba, largement utilisés dans la manufacture de meubles et de terrasses.

L’exportateur incriminé, Valdelir João de Souza, possède deux compagnies - Madeireira Cedroarana (dans l’État de Rondônia) et G.A. Madeiras (dans celui du Mato Grosso). Cette dernière est installée à Colniza et est responsable du plan de gestion de la forêt située juste à côté du lieu du massacre.

Entre le 15 mai et fin septembre 2017, donc, après le massacre, au moins 11 cargaisons de bois de l’entreprise Cedroarana sont arrivées aux États-Unis et deux en Europe (en Belgique et en France).

L'exploitant forestier, recherché par la police, est actuellement en fuite, mais la Cedroarana continue à fournir du bois aux marchés brésilien et internationaux. Les importateurs avaient pourtant déjà reçu des signes clairs du caractère illégal du bois de la Cedroarana. Depuis 2007, la société a accumulé l’équivalent de 150 000 euros d’amendes fédérales non payées pour stockage et vente de bois illégal.

Cette question porte sur une matière régionale transversale : la protection de l'environnement est une compétence régionale. Les mesures coercitives relatives aux importations de bois abattu illégalement est essentiellement une compétence douanière qui relève, en outre, de la compétence du ministre fédéral de l'Environnement.

Je souhaiterais dès lors vous poser les questions suivantes :

1) Que pensez-vous du rapport de Greenpeace et des mécanismes de fraude qui y sont décrits, utilisés pour exporter illégalement dans notre pays du bois 'taché de sang', avec des documents manifestement faux ? Que comptez-vous y faire ?

2) Quelles démarches avez-vous déjà entreprises et entreprendrez-vous pour mettre réellement fin à ces importations illégales de bois 'taché de sang' ?

3) Pensez-vous également que le bois provenant du Brésil, et en particulier des États du Para, du Mato Grosso et de Rondônia, doit être considéré comme présentant un risque élevé ? Dans la négative, pourquoi ? Dans l'affirmative, pouvez-vous expliquer en quoi consisteront votre politique et les mesures coercitives ?

4) Comment pensez-vous pouvoir mettre fin à l'importation de bois illégal du Brésil ?

5) Êtes-vous disposé à élaborer, avec le secteur, une approche cohérente pour aller plus loin dans la lutte contre l'achat de bois 'taché de sang', dans notre pays mais également au niveau de l'Union européenne, et à coopérer avec des personnes titulaires de certificats reconnus délivrés après des vérifications sur place ? Dans la négative, pourquoi ? Dans l'affirmative, pouvez-vous développer votre réponse ?

6) Êtes-vous disposé à inscrire à l'ordre du jour des travaux de l'Union européenne la question de l'abattage illégal d'arbres et des opérations terroristes contre la population locale qui y sont liées ? Dans l'affirmative, pouvez-vous fournir des précisions sur le calendrier et le contenu ? Dans la négative, pourquoi et pouvez-vous expliquer ?

7) Pouvez-vous m'indiquer concrètement combien de cargaisons de bois sont bloquées chaque année dans nos ports (éventuellement par espèce et en fonction de leur valeur), parce qu'elles sont issues de l'abattage illégal d'arbres ? Pouvez-vous détailler votre réponse et commenter ces chiffres ?

 

Het recente rapport van Greenpeace « Blood-stained timber » vormt een akelig relaas over de wijze waarop illegale houtkapbedrijven in Brazilië razzia's organiseren tegen de lokale bevolking. Daarbij wordt zoveel mogelijk terreur gebruikt om hen weg te jagen en zo de wouden waarvan zij leven, te kunnen kappen. In dit rapport wordt ingegaan op een Braziliaans houtkapbedrijf in de Amazonestaat Mato Grosso. De eigenaar ervan wordt beschuldigd van negenvoudige moord, maar kan desondanks ongestoord hout uitvoeren naar landen als de Verenigde Staten, Japan en ook België. Minstens twee ladingen hout werden vanuit dit bedrijf naar ons land geëxporteerd, ondanks de inbeschuldigingstelling van de bedrijfsleider voor deze moorden.

Volgens de openbare aanklager zijn de moorden ingegeven door de hebzucht van de lokale houtkappers, die het vooral gemunt hebben op waardevolle soorten zoals ipê, jatobá, cumaru, en massaranduba, houtsoorten die gebruikt worden voor de productie van meubels en terrasplanken.

De beschuldigde houtexporteur, Valdelir João de Souza, bezit twee bedrijven - Madeireira Cedroarana (Rondônia) en G.A. Madeiras (Mato Grosso). G.A. Madeiras ligt in de gemeente Colniza, en staat in voor het bosbeheerplan naast de site waar de slachtpartij plaatsvond.

Tussen 15 mei en eind september 2017, dus na de moorden, zijn er minstens 11 ladingen met hout afkomstig van Cedroarana toegekomen in de Verenigde Staten en twee in Europa (in België en Frankrijk).

De bedrijfsleider is momenteel op de vlucht voor de politie. Intussen blijft Cedroarana hout leveren aan de Braziliaanse en internationale markt. Voor de importeurs waren er nochtans duidelijke signalen dat het hout van Cedroarana illegaal is. Zo heeft deze zagerij sinds 2007 voor circa 150 000 euro aan onbetaalde boetes opgestapeld, voor het stockeren en verhandelen van illegaal hout.

Het betreft een transversale aangelegenheid met de gewesten : de bescherming van het leefmilieu is een gewestbevoegdheid. De handhaving betreffende de import van hout dat voortvloeit uit de illegale houtkap is hoofdzakelijk een douanebevoegdheid die daarnaast ook onder de bevoegdheid van de federale minister van Leefmilieu valt.

Graag had ik u dan ook volgende vragen voorgelegd :

1) Hoe reageert u op het rapport van Greenpeace en de daarin omschreven fraudemechanismen om met manifest valse documenten illegaal bloedhout naar ons land te exporteren ? Hoe gaat u hiermee om ?

2) Welke stappen hebt u reeds ondernomen en welke stappen gaat u nog ondernemen om deze illegale import van bloedhout daadwerkelijk te stoppen ?

3) Bent u het ermee eens dat hout uit Brazilië en dan in het bijzonder uit de staten Para, Mato Grosso en Rondonia als een hoog risico moet worden beschouwd ? Zo neen, waarom niet ? Zo ja, waarin zullen uw beleid en de handhaving bestaan ?

4) Welke mogelijkheden ziet u om de invoer van illegaal hout uit Brazilië stop te zetten ?

5) Bent u bereid om samen met de sector een sluitende aanpak uit te werken om de aankoop van bloedhout binnen ons land, maar ook op het niveau van de Europese Unie verder aan te pakken en samen te werken met erkende certificaathouders waarbij field audits worden gehouden ? Zo neen, waarom niet ? Zo ja, kunt u dit uitgebreid toelichten ?

6) Bent u bereid het thema van de illegale houtkap en de daaraan verbonden terreuroperaties tegen de lokale bevolking te agenderen binnen de Europese Unie ? Zo ja, kunt u de timing en de inhoud toelichten ? Zo neen, waarom niet en kunt u dit toelichten ?

7) Kunt u zeer concreet meedelen hoeveel ladingen hout op jaarbasis (al dan niet per soort en waarde) in onze havens worden tegengehouden omdat ze afkomstig zijn van illegale houtkap ? Kunt u dit uitvoerig toelichten en deze cijfers duiden ?