SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2017-2018 Zitting 2017-2018
________________
8 décembre 2017 8 december 2017
________________
Question écrite n° 6-1690 Schriftelijke vraag nr. 6-1690

de Jean-Jacques De Gucht (Open Vld)

van Jean-Jacques De Gucht (Open Vld)

au ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS) - Opération « Vigilant Guardian » - Suspect filmant le dispositif de sécurité à Zaventem en novembre 2015 - Signalement - Circulation de l'information entre les services Algemene Dienst Inlichting en Veiligheid (ADIV) - « Operation Vigilant Guardian » - Verdachte die veiligheidsdispositief Zaventem filmt in november 2015 - Melding - Doorstroming van de informatie tussen de diensten 
________________
service secret
terrorisme
traitement de l'information
accès à l'information
geheime dienst
terrorisme
informatieverwerking
toegang tot de informatie
________ ________
8/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/1/2018 )
2/2/2018 Antwoord
8/12/2017 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/1/2018 )
2/2/2018 Antwoord
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1689
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1691
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1689
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 6-1691
________ ________
Question n° 6-1690 du 8 décembre 2017 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 6-1690 d.d. 8 december 2017 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Je me réfère au rapport annuel récent, particulièrement intéressant, du Comité R.

Cette question porte sur l'importante question du transfert d'informations (interne et externe).

De l’examen de trois cas, le Comité R a pu conclure que le flux d’informations depuis le terrain, dans le cadre de l’opération « Vigilant Guardian » n’arrivait pas dans toutes les composantes et services potentiellement concernés.

Dans un rapport du mois de novembre 2015, les militaires, chargés de la collecte des informations dans le cadre de l'opération « Vigilant Guardian » (OVG), faisaient état d’une personne qui filmait, depuis une voiture, le dispositif de sécurité des militaires. L’intéressé avait, de plus, dissimulé son visage.

En ce qui concerne le caractère transversal de cette question : l'accord de gouvernement flamand accorde une attention particulière à la prévention de la radicalisation. Il y est question de la création d'une cellule regroupant des experts de divers domaines politiques afin de détecter et de prévenir la radicalisation et d'y remédier, qui comporterait un point de contact central et travaillerait en collaboration avec d'autres autorités. C'est l'Agence flamande de l'Intérieur qui est chargée de la coordination de cette cellule. L'autorité fédérale joue un rôle clé, en particulier en ce qui concerne l'approche proactive et le contrôle. À l'avenir, un fonctionnaire fédéral du Service public fédéral (SPF) Intérieur fera également partie de cette cellule. Il s'agit dès lors d'une matière régionale transversale. Je me réfère également au plan d'action mis récemment sur pied par le gouvernement flamand en vue de prévenir les processus de radicalisation susceptibles de conduire à l'extrémisme et au terrorisme.

Je souhaiterais dès lors poser les questions suivantes :

1) Quel était le contenu du signalement effectué en novembre 2015 à propos d'une personne qui, tout en dissimulant son visage, filmait le dispositif de sécurité des militaires à l'aéroport de Zaventem ? Cette personne ou les images qu'elle a filmées ont-elle été retrouvées par la suite ? Ou est-ce après coup que l'identité de cette personne a été découverte et que les faits signalés ont été constatés ? Des actions concrètes de suivi ont-elles été entreprises ? Dans l'affirmative, lesquelles ? Dans la négative, pourquoi ?

2) Avec qui, avec quels services et à quel moment, ce signalement détaillé, effectué en novembre 2015 à propos de l'aéroport de Zaventem, a-t-il été partagé ? Je souhaiterais obtenir des informations détaillées.

3) L'information provenant des unités qui interviennent dans le cadre de l'opération « Vigilant Guardian », concernant la supposée présence d'individus suspects ou de personnes disposant de renseignements, est-elle aujourd'hui systématiquement et rapidement partagée avec tous les services concernés, entre autres l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM), les services de police et la Sûreté de l'État (VSSE) ? Pouvez-vous expliciter votre réponse ? Un protocole a-t-il été rédigé en la matière ?

4) Le signalement concernant la personne qui a filmé le dispositif de sécurité a-t-il été traité et évalué par le SGRS ? Dans l'affirmative, quand, et que ressortait-il de l'évaluation ? Cette information a-t-elle été partagée avec d'autres, à certaines conditions ou non ? Qu'est-il advenu de ce rapport une fois qu'il a été transmis au SGRS ?

 

Ik verwijs naar het recente bijzonder interessante jaarverslag van het Comité I.

Deze vraag betreft de belangrijke kwestie van de informatiedoorstroming (intern en extern).

Uit drie casussen kon het Comité I afleiden dat de informatiestroom in het kader van de « Operation Vigilant Guardian » vanop het terrein niet tot alle geledingen en mogelijk betrokken diensten was doorgedrongen.

In een verslag van november 2015 melden de militairen die in het kader van « Operation Vigilant Guardian » (OVG) instaan voor de inlichtingengaring dat een persoon vanuit de wagen het veiligheidsdispositief van de militairen filmde. Betrokkene had daarbij zijn aangezicht bedekt.

Wat betreft het transversaal karakter van deze vraag : in het Vlaams regeerakkoord wordt aandacht besteed aan het voorkomen van radicalisering en is er sprake van het oprichten van een cel met experten uit de diverse beleidsdomeinen om radicalisering te voorkomen, te detecteren en te remediëren, met één centraal aanspreekpunt en in samenwerking met andere overheden. De coördinatie van deze cel gebeurt door het Agentschap Binnenlands Bestuur. Vooral inzake de proactieve aanpak en de handhaving vervult de federale overheid een sleutelrol. In de toekomst zal ook een federale ambtenaar van de federale overheidsdienst (FOD) Binnenlandse Zaken deel uitmaken van deze cel. Het betreft aldus een transversale aangelegenheid met de gewesten. Ik verwijs tevens naar het recente actieplan van de Vlaamse regering ter preventie van radicaliseringsprocessen die kunnen leiden tot extremisme en terrorisme.

Ik had hieromtrent dan ook volgende vragen :

1) Wat was de inhoud van de melding in november 2015 over een persoon die zijn gezicht verborg toen hij het veiligheidsdispositief van de militairen aan de luchthaven van Zaventem filmde ? Werd deze persoon of werden de beelden die werden gemaakt naderhand teruggevonden ? Of werd de identiteit van deze persoon naderhand achterhaald en werden de aangegeven feiten naderhand vastgesteld ? Werden er concrete opvolgacties ondernomen ? Zo ja, welke ? Zo neen, waarom niet ?

2) Met wie, met welke diensten en op welk tijdstip werd deze gedetailleerde melding op de luchthaven van Zaventem in november 2015 gedeeld ? Graag een gedetailleerd overzicht.

3) Wordt de informatie van de eenheden die opereren onder « Operation Vigilant Guardian » inzake de vermeende aanwezigheid van verdachte individuen of ingeseinde personen vandaag systematisch en snel gedeeld met alle betrokken diensten, waaronder het Coördinatieorgaan voor de dreigingsanalyse (OCAD), de politiediensten en de Veiligheid van de Staat (VSSE) ? Kunt u dit uitvoerig toelichten ? Is er hieromtrent een protocol opgesteld ?

4) Werd deze melding over het filmen van het veiligheidsdispositief door ADIV behandeld en geëvalueerd ? Zo ja, wanneer en wat was de inschatting ? Werd deze informatie - al dan niet onder voorwaardelijke wijze - verder gedeeld ? Wat werd er met dit rapport gedaan eenmaal het werd doorgegeven aan de ADIV ?

 
Réponse reçue le 2 février 2018 : Antwoord ontvangen op 2 februari 2018 :

Il est renvoyé à la réponse donnée à la question écrite n° 6-1681, également posée par l’honorable sénateur.

Er wordt verwezen naar het antwoord dat gegeven wordt op schriftelijke vraag nr. 6-1681, eveneens gesteld door de geachte senator.